mardi 17 septembre 2013

Et c'est pas du théâtre, c'est la vie, c'est partout

(Do You Wanna) Come Walk With Me? by Isobel Campbell & Mark Lanegan on Grooveshark




Et comme ça, tout a commencé ;

// un baiser timide dans une cage d'escalier, et puis des mots qui ne savent que s'offrir / sa peau contre ma peau / nos amours débutantes / son corps / son rire comme un éclat au creux des yeux ; j'ai aimé si fort sa façon de rire avec les yeux / compter un à un les grains de beauté comme autant d'étoiles semées sur son dos / une nuit d'été, alors, nous avons fabriqué un enfant  //

Dimanche - Il est dix-huit-heures, l'heure du soleil qui rase, le soleil d'or, tu sais ? de la fin de journée ; dans le champ en contrebas, ils s'agitent comme des fourmis et c'est drôle ce mélange des couleurs, ce mouvement qui semble perpétuel. Quelque part parmi eux, il y mon frère et son amoureuse ; il y a Vivien qui fait danser les bolas autour de lui, il y a notre fils qui le regarde bouche-bée ; partout autour, des peaux burinées par le soleil, des sourires las de trois jours de festival mais aussi, cette connivence des gens qui partagent quelque chose ; ici, c'est la conviction d'un monde qui change, d'un monde d'alternatives. Et elle est goûteuse, la liberté de tous les possible, on en sent le nectar jusque dans la limonade artisanale qui pique les lèvres, avant de se faire douce dans le gosier. Derniers jours d'août, une ultime gorgée d'été avant de regagner nos pénates. Je descend à pas comptés sur le chemin de terre qui me ramène au coeur de cette vie-là, j'ai fini d'être contemplative ; dix-huit-heures, l'heure de me rappeler à l'existence.

Vendredi - Une heure-trois, l'enfant blotti contre son père se laisse chahuter par les cahots du train, les yeux grands ouverts dans la nuit qui défile. Il y a quelque chose d'irréel dans ces villes que nous traversons au coeur de l'obscurité ; alors que nous nous laissons bercer sur nos couchettes un peu raides, d'autres dorment à quelques pas à peine du sommeil du juste ; lorsqu'ils s'éveilleront à l'aube, se rendront peut-être à leurs bureaux, ou à la boulangerie acheter une poignée de croissants chauds, nous accosterons dans la gare noire et froide que nous avons laissée voilà un an. Dans le petit matin blême, nous traverserons les banlieues endormies et sourirons peut-être de cette autre vie, de cet autre temps dont il ne reste pour trace que le souvenir et un sourire partagé au dessus d'un enfant endormi. Il est fugace le temps des retrouvailles, et il me semble ne savoir dire qu'au-revoir à Paris, il me semble ne savoir que la quitter ;

Lundi - Dix-neuf-heures-vingt, l'automne est entamé. Sur un tapis de velours rouge, je fais la salutation au soleil au milieu d'autres femmes ; par la fenêtre, j'entends la mélodie de la pluie légère, qui obscurcit le ciel et habille ma ville d'une drôle de couleur, comme un rose indien mêlé d'or - je répète ma ville, ma ville, ma vie puisque nous l'avons choisie et que nous y vivons, désormais et elle résonne dans tout mon corps en mouvement la phrase-mantra ; le petit verre d'eau osmosée à la sortie du cours, les mains qui disent à la semaine prochaine ; dehors j'aime marcher sous l'eau, l'humidité dans mes cheveux, j'aime observer, silencieuse, ces autres qui se pressent, ces parapluies qui se bousculent, ces voix qui se croisent, leurs chaussures dans les flaques, les mines déconfites, et je me prend à esquisser un sourire alors que des gouttes glissent dans ma nuque, réveillant une sensualité à fleur de peau ;

Et comme ça, tout continue ;

 // les câlins du matin, à trois blottis au fond d'un lit / l'enfant qui nous fait rire de tant de mignonitude et son à taaaab les amours ! / le café de treize-heures / la piscine un-jour-sur-deux et le yoga le lundi soir / la course à la vie, et les instants de grâce / la minute du soir où je rejoins, lovés-collés-serrés-à-tout-jamais le corps chaud de mon amoureux qui n'en finit pas de se creuser pour m'accueillir au plus près de lui / et alors, septembre qui reprend ses droits, et l'année nouvelle qui débute une énième nouvelle fois //


mardi-dix-sept-septembre-deux-mille-treize ; welcome aboard, c'est reparti pour un tour.

1 commentaire: