jeudi 2 mai 2013

laissez moi ce repère ou je perds la mémoire

La Ville que j'ai tant aimée by Tri Yann on Grooveshark

// Noué dans ma nuque, posé en talisman au creux de la gorge, le pendentif de ma grand-mère / Les cheveux noués en nattes savantes répondent aux doigts de fée que Maman mariait à mes mèches fougueuses / Au matin, en moi, sur moi, les enfants-aux-baisers / les mots de Vivien en pansement derrière mon oreille, son corps sur le mien qui gémit, la volupté et la complicité mêlées / Dans ma boîte à messages s'entassent les maisons à vendre dans notre coin de montagne et les mots d'O. croisent les nôtres, évoquent un demain charmant / J'ai tendu une main sereine vers l'enfant que j'étais / J'ignore où vous êtes, mais je suis, moi, sur mon chemin //