dimanche 30 septembre 2012

Mais bêtement, même en orage les routes vont vers des pays

Le Parapluie by Yann Tiersen & Natacha Regnier on Grooveshark

Chemin faisant, que ce fut tendre
D'ouïr à deux le chant joli
Que l'eau du ciel faisait entendre
Sur le toit de mon parapluie
J'aurais voulu, comme au déluge
Voir sans arrêt tomber la pluie


Le tac-tac-tac de mes talons virevoltant contre le pavé, le bruit dru de la pluie contre notre abri de fortune, le plateau de jeu sur la table de bois, nos bagarres et nos fous-rires, les confidences glissées entre deux riens de quotidien ; d'hier, d'aujourd'hui et, à demi-mots, des rêves de demain ; l'espace d'un instant, tendre seconde, un soleil roux darde la brique toulousaine de pâles rayons, le temps se creuse et s'étiole ; les bras de Vivien en berceau autour de l'enfant malade, la voix grave et belle de Max qui lit Prévert, mes mains tremblantes ;