mardi 12 juin 2012

du kiwi et de l'ananas dans la salade de riz

Valse de la Suite de Jazz N°2 (Extrait) by Dmitri Dmitrievitch Chostakovitch on Grooveshark

Le vent bruisse dans les cimes des arbres, je suis montée tout en haut, tout en haut ; accrochée dans les airs, j'avance à petits pas, je mesure l'absolue sérénité que je trouve ici ; le silence à peine troublé par les rires au loin ; le sifflement du descendeur sur le câble quand je m'élance d'un tronc à l'autre ; la conscience de moi-même, de mon corps, poids et contrepoids, balancer, prendre appui, sauter. Et les bras griffés, et les jambes moulues et le rire en cascade, et le regard de mon amoureux qui veille ; en bas, il y a Camille, deux petits picots ivoire derrière les lèvres tendres ; ce rire constant dans ses grands yeux bleus ; le monde qui défile, et sa curiosité de tout instant ; il me semble que les contraintes du monde s'éclipsent ; si je tend les bras et que je ferme les yeux, une seconde, je vole, oh oui ! vraiment, je m'envole et il n'y a plus que leurs deux visages derrière mes paupières closes, il n'y a plus que la pulsation de mon coeur. Demain est autre ; en attendant, M. a mis du kiwi et de l'ananas dans la salade de riz, le vin et la joie coulent à flot ; on trinque "Aux trente ans" et S. dit que, finalement, il se sent toujours jeune.

Le soir, Vivien et moi préparons des petits gâteaux délicieux pour son frère et il y a la fête, dans ces pâtisseries là, et l'amour aussi ; il y a le plaisir de les cuisiner pour lui et il y a cette fraternité chaude des gens qui s'aiment d'évidence, parce que c'est comme ça, que ça l'a toujours été mais aussi qui savent conscientiser cet amour pour en faire un choix, et je crois que nous l'avons chaque jour, cette conscience des chers aimés ; et alors, et alors... alors quand nous sommes tous redescendus, et que nous avons levé les yeux au ciel, au travers des branches qui bougeaient doucement, il y avait la lumière ; et la promesse d'une vie partagée.